Pour la majorité des personnes avec lesquelles j’échange, la dataviz se résume trop souvent à un PowerPoint animé. Elles se focalisent sur l’apparence sans tenir compte de la mécanique de précision qui lui donne vie.

La réalité est pourtant ailleurs : la représentation graphique n’existe que si les données sont disponibles et parfaites.

Elles constituent l’unique source pour décrire les contextes, révéler les résultats et construire les prévisions dont vous avez besoin ! Sans exactitude, fiabilité, mise à jour, complétude, standardisation ni indexation, point de salut !

Bien que crucial, ce socle fait pourtant souvent défaut. Au cours de nos différentes missions, nous constatons que cela s’explique notamment par :

  • la mauvaise préparation, que traduit une expression de besoins mal définie ;
  • la difficulté à réunir ou à accéder aux données clés (Ah, les connecteurs CRM !) ;
  • le non alignement de la vision métier (la vente) avec la connaissance marché (le marketing) !

Pour palier ces carences et obtenir un dashboard digne de ce nom, il faut :

  1. dès le départ, définir l’objectif assigné à cet outil et formaliser le cahier des charges ;
  2. impliquer ces 4 intervenants : le responsable data (CDO), les « demandeurs » et les « diffuseurs » du tableau de bord et enfin l’UX designer, qui contribuera à mettre en évidence les informations à partager.

In fine, un travail d’équipe qui mixe les compétences data, la connaissance marché, la vision métier et le talent. Et là vous passerez de la dataviz à l’information décisionnelle !

A bon entendeur…